Quelle est la durée d’une séance d’hypnose ?

Une séance dure généralement entre une heure et deux heures. Cela dépend de la problématique et de la consultation préalable permettant d’identifier la méthode adéquate en fonction du souhait du/de la patient(e).

Est-ce qu’une séance suffit ?

L’hypnose fait partie des thérapies brèves. On peut obtenir un changement important en une voire quelques séances. Cependant, bref ne signifie pas instantané ! Cela dépend de la demande du/de la patient(e) et de la méthode employée. Chaque personne est unique et différente.

 

J’ai peur de perdre le contrôle…

La perte apparente de conscience durant une hypnose suscite de nombreuses craintes proportionnelles au risque d'une perte de contrôle de l'individu. Ces peurs se retrouvent dans les termes mêmes utilisés en hypnose, tel que le « lâcher-prise ».

Cependant, l'action de l'hypnose a toujours été limitée à la perte de contrôle partielle du conscient de l'individu. Le rôle de l'inconscient, pleinement actif dans les domaines de la sauvegarde de la personne (réflexes naturels), n'est jamais atteint, et seules des actions sans conséquences, telles qu'illustrées lors de spectacles, peuvent être réalisées en hypnose. De plus, les suggestions émises par l'hypnotiseur doivent être en accord avec les valeurs/l’éthique de l'hypnotisé(e), sous peine de ne pas fonctionner. On ne peut ainsi pas aller contre la volonté de quelqu'un, contrairement aux craintes que l'on retrouve fréquemment dans ce domaine.

 

Est-ce qu’on dort durant une séance d’hypnose ?

NON ! Dans la mythologie grecque, Hypnos était le dieu du sommeil, fils de Nyx, la nuit et frère jumeau de Thanatos, la mort. ... Le mot Hypnose est donc né du dieu grec, il apparaît dés 1814 dans le Dictionnaire de l'Académie Française et a sans doute été choisi pour sa représentation métaphorique du sommeil.

Aujourd’hui on sait, grâce notamment aux IRM fonctionnels, que l’état d’hypnose est un état d’hyper activité cérébrale. Et les yeux ne sont d’ailleurs pas toujours fermés ! On peut autant être en hypnose les yeux ouverts et même debout !

 

Est-ce qu’il y a des contre-indications ?

La schizophrénie, les troubles psychotiques sévères, une médication puissante, l’influence de puissant psychotropes et la sénilité.

En outre, certaines personnes sont extrêmement nerveuses, et sont effrayées à l’idée de suivre des séances d’hypnose. Elles craignent de perdre le contrôle, de révéler des secrets terribles ou de dériver vers quelque chose d’ésotérique.

Ces craintes ne sont absolument pas justifiées car la plupart des gens qui ont suivi de séances d’hypnose vous parleront d’un moment de profonde détente, agréable et très sécurisant.

Toutefois, pour ceux pour dont l'hypnose suscite de très forts sentiments persistants d'anxiété, même après avoir été rassuré par un praticien professionnel, il serait probablement préférable de chercher une autre forme de thérapie.

  

Est-ce que ça va marcher sur moi ?

Certaines personnes sont très réceptives à l’hypnose (faible pourcentage / candidats à l’hypnose de spectacle), tous les autres sont réceptifs mais mettent plus au moins de temps à rentrer en transe. Les « plus au moins résistants » sont de parfaits candidats à l’hypnothérapie mais ne correspondent pas aux standards de l’hypnose de spectacle.

Les réfractaires à l’hypnose sont simplement des personnes ne voulant pas entrer en transe hypnotique. L’hypnose consiste simplement en un enchaînement de suggestions. Dès lors, si la suggestion est refusée consciemment et au niveau subconscient, aucun changement ne s’opérera.

  

Puis-je rester « bloqué » en hypnose après la séance ?

Cette question a été résolue une fois de plus par les expérimentations (Martin Orne) qui montrent que sans stimulation, une personne revient spontanément à un état ordinaire de conscience après 10 à 15 minutes si ce n’est moins. En pratique au bloc opératoire, il faut bien connaître cette règle et stimuler suffisamment le patient ! On peut aussi lui donner une tâche spécifique à réaliser (écoute d’une musique…).

 

Puis-je être manipulé en hypnose ?

Toute situation de fragilité induit une suggestibilité plus importante vis-à-vis de l’entourage, et en particulier de ceux à qui on prête une fonction de soins ou un rôle important (médecins, hypnothérapeute, politicien, spécialiste, etc…). Pour éviter cela, il vaut mieux choisir un(e) « bon(ne) » hypnothérapeute.

 

Comment choisir un(e) « bon(ne) » hypnothérapeute ?

Une question de feeling. Certaines personnes préféreront un parcours académique (avec, par exemple, un médecin-psychiatre formé à l’hypnose), d’autres privilégieront un(e) hypnothérapeute formé à un type de thérapie en particulier (hypnose Ericksonnienne, Elmanienne, classique, etc.).

À mon avis, la réussite d’une séance d’hypnose est due tant à l’hypnotiseur qu’à l’hypnotisé(e), raison pour laquelle il est primordial de se sentir bien avec son/sa thérapeute, de se sentir écouté et en confiance afin « que le courant passe ».